12/03/2009

Chemins de fer de la ligne Dinant-Givet: dossier "refermé"

Pour le député Lebrun, les Français ont tout intérêt à la réouverture de la ligne, au détriment des Wallons. L'enjeu de la réouverture de la ligne Dinant-Givet a une fois de plus été évoqué au Parlement wallon. Michel Lebrun y a défendu une proposition de résolution à l'attention du Gouvernement régional. Le texte dit "non" au retour des trains et "oui" à un futur Ravel. Faute de passagers, la ligne ferroviaire reliant Dinant à Givet est condamnée depuis 1988. La France propose aujourd'hui de payer la moitié des travaux en cas de réouverture. Une stratégie cachée? C'est ce que craint Michel Lebrun. Pour le député viroinvalois, rejoint par le Ministre Antoine, il n'est donc pas question d'une réouverture qui léserait les Wallons. Les raisons de ce désaccord?le coût de la remise en état: de 22 à 28 millions d'euros, la qualité de la liaison entre Dinant et Givet assurée par le TEC, la concurrence avec l'axe Athus-Meuse.À propos de ce dernier élément, Michel Lebrun a pointé les résultats d'un rapport du Comité économique et social de Champagne-Ardennes: "La réouverture permettrait de relier Reims à Namur... Une alternative au sillon lorrain." Or, le sillon lorrain est la partie française de l'Athus-Meuse, tout récemment électrifiée. En clair, cela pourrait créer une concurrence pour le fret au profit des Français. Au terme de la séance plénière, le texte s'opposant au retour des trains entre Dinant et Givet a été voté au Parlement wallon. La résolution des députés Lebrun et Fourny semble donc refermer le débat pour de bon.

11:47 Écrit par Monique Willocq dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.