06/02/2009

Nécessité fait choix…

bannerL’énergie nucléaire n’est pas LA solution ultime au défi énergétique auquel la Belgique (mais aussi l’ensemble de la planète) est confrontée.Mais la mise en œuvre dès 2015 du programme de fermeture des centrales nucléaires, m’inquiète à trois titres au moins:La sécurité d’approvisionnement compte tenu de l’évolution passée de la consommation d’électricité, du déficit de capacité de production déjà observé, et des perspectives de consommation d’électricité à l’horizon 2020 L’impact environnemental, en termes de rejets de CO2, de la fermeture dès 2015 des premières centrales nucléaires L’impact au niveau des prix de cette fermeture à brève échéance. A l’heure actuelle, de plus en plus de personnes sont conscientes de cette situation, mais certains n’osent pas regarder la réalité en face, bien souvent pour des raisons idéologiques/médiatiques/électorales.A côté de l’engagement déterminé qui est le mien tant en matière de réduction de notre consommation d’énergie qu’en matière de production d’énergie à partir de sources d’énergie renouvelables (les chiffres du bilan énergétique en attestent), je souhaite que le débat sur la sortie, dès 2015, de l’énergie nucléaire soit posé de façon sereine, mais aussi étayée.Car parler de chiffres est indispensable en la matière. Le défi énergétique ne se règlera pas avec des « il n’y a qu’à », parce que la question est extrêmement complexe et importante, sinon cruciale pour notre société, et en particulier pour les consommateurs, ménages, collectivités ou entreprises.C’est le sens de la présente contribution au débat, que je vous invite à découvrir en téléchargeant le document sur mon site : ici > http://www.andre-antoine.be/index.php/2009/02/03/lenergie-intelligente/

10:02 Écrit par Monique Willocq dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.