02/04/2008

le plan belge contre l'alcool

QUESTION ORALE DE MME WILLOCQ À M. DONFUT, MINISTRE DE LA SANTÉ, DE L'ACTIONSOCIALE ET DE L'ÉGALITÉ DES CHANCES SUR « LE PLAN BELGE CONTRE L'ALCOOL »  Mme Monique Willocq (cdH). – L'OMS estime le coût de la consommation problématique d'alcool en Belgique entre 1 et 3 % du PNB.Les coûts sociaux liés à l'alcool dans le milieu du travail atteignent 2,2 milliards, et 25 à 40 % des accidents de la route sont dus à la consommation d'alcool.Deux pourcents des fonctionnaires wallons ont des problèmes d'alcool. On sait aussi que 8 % de la population rencontrerait actuellement des problèmes liés à la consommation l'alcool.L'alcool connaît une banalisation de sa consommation. Il est lié aux événements festifs et l'objet central d'un nouveau phénomène consistant à se mettre dans un état second rapidement par une grande consommation.Il est donc grand temps que les choses évoluent et, puisque cette matière est de la compétence de plusieurs niveaux de pouvoir, que les Ministres se mettent enfin d'accord sur une stratégie commune à adopter.Aussi, pour l'OMS, 40 % des cancers pourraient être évités par une meilleure prévention. Ceci veut dire qu'il faudrait notamment consacrer d'avantage de moyens budgétaire à la lutte contre le tabagisme et la consommation d'alcool.Quinze experts ont d'abord travaillé ensemble pour présenter des propositions de mesures à prendre pour lutter contre la consommation abusive d'alcool sur notre territoire.Ce document devrait maintenant servir de base à l'élaboration du « Plan belge contre l'alcool », sur lequel devront se mettre d'accord les sept Ministres belges en charge de la santé, tous niveaux de pouvoir confondus.La presse annonçait que ce Plan allait être approuvé et qu'il serait rendu public le lundi 10 mars. Le Plan contiendrait ainsi 56 mesures spécifiques.Il prônerait notamment l'interdiction pure et simple de la publicité en faveur des produits alcoolisés. Le Plan proposerait aussi de clarifier et durcir la loi en matière de vente d'alcool. Il s'agirait d'en interdire l'achat par les jeunes de moins de 16 ans, voire même par les moins de 18 ans. Les experts suggèrent également une augmentation des accises sur les boissons alcoolisées dans le but de dissuader les jeunes consommateurs par l'obstacle financier.Enfin, le plan préconiserait aussi d'étudier la possibilité de recourir à « l'alcolock » dans le cadre de la prévention et de la répression.Il semble que les milieux associatifs dénoncent pourtant le fait que ce Plan serait très consensuel et beaucoup moins ambitieux que les Plans de nos voisins européens sur la même problématique.Il avait été annoncé que les sept Ministres compétents devaient se rencontrer lundi dernier afin de trouver un accord sur les mesures à prendre pour « atténuer la consommation problématique d'alcool ».Pouvez-vous me dire à quels stades en sont aujourd'hui la réflexion et la rédaction de ce Plan national ?L'ensemble des mesures qui devront constituer le Plan sont-elles déjà toutes fixées ? Que pensez-vous de la réaction négative et des critiques des milieux associatifs par rapport au contenu de ce Plan ? N'avaient-ils pas été consultés avant la détermination des mesures qui seront prioritairement appliquées par les sept Ministres de la Santé ?

......................................................................................................

  M. Didier Donfut, Ministre de la Santé, de l'Action sociale et de l'Égalité des Chances. –  Votre question est en accord avec l'actualité puisque une Conférence Interministérielle Santé publique s'est tenue le 11 mars dernier. Au cours de celle-ci, j'ai pris acte avec mes collègues de la santé du Fédéral, des Communautés et des Régions, des conclusions du travail effectué par la Cellule Politique Santé drogue en matière d'alcool.De ce travail, se sont dégagés des principes et des axes généraux. Il convient maintenant de proposer des mesures plus concrètes.Dans les prochaines semaines, ce sera ma charge ainsi que celle de mes collègues de la Santé, mais également avec la collaboration d'autres collègues, de développer ces mesures.Le Plan sera soumis à la Conférence Interministérielle de juin prochain.Au niveau de mes compétences, dès à présent, j'ai souhaité que la problématique de l'alcool soit intégrée au niveau des différentes matières dont j'ai la charge : services de santé mentale, relais santé, relais sociaux, maisons médicales, services d'aide aux familles.J'ai demandé aux différents organes consultatifs de me faire des propositions concrètes.Dans le cadre de l'appel à projets qui sera lancé sous peu pour l'attribution du budget PST 3, l'alcool sera une des priorités.  Mme Monique Willocq (cdH). – Je vous remercie pour votre réponse, mais j'observe que vous n'avez pas répondu à une petite partie de ma question concernant les critiques émises par les milieux associatifs. Je vous interpellerai certainement sur cette problématique en juin prochain et je reposerai la partie de ma question qui n'apas obtenu réponse.

Les commentaires sont fermés.