02/04/2008

le cancer

QUESTION ORALE DE MME WILLOCQ À M. DONFUT, MINISTRE DE LA SANTÉ, DE L’ACTIONSOCIALE ET DE L’EGALITÉ DES CHANCES SUR « LE PLAN NATIONAL DE LUTTE CONTRE LECANCER »  Mme Monique Willocq (cdH). – Le cancer représente la seconde cause de mortalité en Belgique. Le Registre belge du cancer a enregistré, en 2004, 57.500 nouveaux cas. Pour les hommes, la moyenne est de 500 cas pour 100.000 habitants et, pour les femmes, de 350 cas pour 100.000 habitants. En 2015, en Europe, 1.250.000 personnes mourront de cette maladie.La Ministre fédérale de la Santé a présenté officiellement, la semaine dernière, les mesures du Plan National de lutte contre le cancer.

Un budget de 380 millions d'euros va permettra de mettre en oeuvre, entre 2008 et 2010, les 32 mesures du Plan. Ce Plan concerne tous les niveaux de pouvoir.

J'aimerais par conséquent aborder ce sujet avec vous.En janvier dernier, vous nous disiez qu'une concertation entre les différents Ministres de la Santé du Pays aurait lieu pour élaborer le Plan cancer. Vous nous disiez aussi vouloir collaborer, dans le cadre de vos compétences, au développement et à la mise en oeuvre du Plan.Pouvez-vous me dire, parmi ces 32 mesures, quelles sont celles qui concernent directement la Région wallonne, et qui devront, par conséquent, être gérées et mises en oeuvre par votre Administration ? Le développement de ces mesures au niveau de la Région wallonne aura lieu sur base de quel financement?Pour certains, plusieurs décisions ne semblent pas en phase avec les exigences des professionnels de la lutte contre cette maladie :• l'accent est davantage mis sur le curatif, en « oubliant » quelque peu le préventif ;• pour les experts, le cancer du sein, le cancer de l'utérus et le cancer colorectal auraient dû tous trois faire l'objet de campagnes de dépistage systématique. Or, seuls les deux premiers sont couverts par le Plan gouvernemental ;• l'idée de la création d'un Institut national du Cancer, pourtant réclamée par les professionnels du secteur, semble finalement avoir été abandonnée.Lundi dernier, les professionnels des soins et de la recherche rappelaient encore l'intérêt qu'il y aurait à doter le pays d'une structure faîtière forte et autonome, à l'instar du choix opéré par la France, dès 2003, dans le cadre de son Plan Cancer. Mais l'option finalement retenue par les autorités belges est plus modeste.M. le Ministre peut-il m'expliquer plus en détail les raisons de tels choix ?

......................................................................................................

  Réponse de M. Didier Donfut, Ministre de la Santé, de l'Action sociale et de l'Égalité des Chances. – Les 32 initiatives concrètes qui ont été présentées, le 10 mars 2008, par la Ministre Laurette Onkelinx, ne sont qu'une partie du Plan Cancer 2008-2010. À l'heure actuelle, aucune mesure ne concerne directement la Région wallonne. Il est prévu de rajouter, au cours de l'année 2008, des initiatives communes soutenues par les Communautés, les Régions et le Fédéral.La Région wallonne n'a pas été associée aux travaux puisque, dans un premier temps, c'est le volet fédéral qui a été abordé. Elle le sera dans un deuxième temps. En effet, lors de la Conférence interministérielle du 11 mars 2008, il a été décidé de créer un groupe de travail pour discuter de ces initiatives communes.La première réunion de ce groupe de travail se tiendra le 14 avril prochain.Parmi les compétences régionales en lien avec la problématique du cancer, je citerai la formation des bénévoles, des aides familiales et d'autres acteurs de santé dans le domaine des soins palliatifs, le lien entre cancer et environnement, la problématique de l'alcool.J'attire toutefois votre attention sur le fait que les mesures relatives à la prévention et le dépistage sont de la compétence de la Communauté française. J'imagine que vous interpellerez Mme Fonck en la matière, avec qui j'aurai une concertation constante.  Mme Monique Willocq (cdH). – Je reviendrai donc après le 14 avril et j'en parlerai avec la Ministre Fonck.

Les commentaires sont fermés.