07/02/2008

Question d’actualité de Mme Monique Willocq concernant l’effondrement du Moulin de Thimougies à M. Jean-Claude Marcourt, Ministre de l’Economie, de l’emploi, du commerce extérieure et du Patrimoine de la Région Wallonne

Ce jeudi 10 janvier, le Moulin de Thimougies, construit en 1612 et trésor du patrimoine régional, n’a pas résisté à une rafale de vent et s’est couché sur le flanc et fait la désolation des tournaisiens. Ce dimanche plus de 40 personnes étaient venues aider la fondation d’utilité publique à limiter les dégâts et protéger les différentes pièces du moulin susceptibles d’être réutilisées.   Ce moulin, qui est un symbole du patrimoine  tournaisien et qui fait depuis quelques siècles la fierté de toute une région, est classé par la commission royale des monuments et sites. Un dossier avait notamment été introduit à l’Institut du Patrimoine Wallon(IPW) afin qu’il soit classé dans la liste des biens menacés, une décision était attendue ces jours-ci. Monsieur le Ministre, pourrait-on maintenir la demande de classement du moulin dans la liste du Patrimoine wallon malgré le fait qu’il se soit écroulé ? Peut-on espérer avoir les subsides nécessaires à la reconstruction du Moulin qui pourra ainsi fêter ses 400 ans en 2012?Je vous remercie

......................................................................................................................................................

Réponse du Ministre Jean Claude Marcourt :  Vous avez très justement indiqué que le Moulin de Thimougies s'est effondré. Quoi qu'il en soit, celui-ci n'appartient pas à la Région wallonne qui n'en est pas propriétaire. Vous comprendrez que la Région ne peut pas se substituer à tout propriétaire, qui reste entièrement responsable de son bien.Néanmoins, la Région wallonne n'est pas restée inactive. Ainsi, fin décembre dernier, l'IPW a entamé une expertise du Moulin. Nonobstant ce fait, aucun dossier n'a été introduit auprès mon administration dans le but d'attirer l'attention sur ce monument. Il faudrait multiplier de façon exponentielle le nombre des agents afin qu'ils se rendent, de leur propre initiative, sur place sans demande particulière.Les propriétaires de ce bien n'ont donc introduit aucun dossier, ni entamé aucune action. Par contre, la Région wallonne a commandé une étude de l'IPW. Celle-ci a démontré le besoin de travaux s'élevant à un montant situé entre 50.000 et 120.000 euros.Aujourd'hui, nous allons faire une expertise du bien, évaluer son état et réfléchir à ce qu'il est possible de faire.Malheureusement, je ne peux que remarquer que, trop souvent, c'est au moment où une catastrophe se produit que l'on mobilise l'attention du Ministre. Si on avait agi plus tôt, on n'en serait pas là.

10:50 Écrit par Monique Willocq dans Questions d'actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.