07/02/2008

Question d’actualité de Madame la Députée wallonne Monique Willocq concernant l’incident survenu à l’institut Provincial de Mons à Madame la Ministre - Présidente Marie Arena

Madame la Ministre – Présidente, La presse relate ce jour que, dans le cadre de son cours de biologie en 3ème secondaire d’un institut provincial du Hainaut à Mons, un professeur a prélevé à l’aide d’un seul et même instrument un peu de sang des 29 élèves qui composaient la classe. Il s’agissait pourtant d’un professeur chevronné. Madame la Ministre - Présidente, avez-vous eu connaissance de ce problème, quelle fût votre réaction ? Quelles dispositions ont été prises d’un point de vue médical et ce pour mesurer les risques sanitaires encourus par les élèves ? D’avance, je vous remercie pour votre réponse.   Monsieur le Ministre Tarabella, qui remplaçait Madame la Ministre Présidente en mission à l’étranger, a répondu en étroite collaboration avec Madame la Ministre Catherine Fonck que :  
La Ministre Catherine Fonck avait été informée ce week-end de l’incident survenu à l’Athénée Provincial de Mons. Pour rappel, un professeur de sciences a organisé dans sa classe un exercice pratique visant à visualiser au microscope une goutte de sang. Chaque élève a ainsi été invité à prélever une goutte de sang au bout du doigt au moyen d’une lancette. Une seule lancette a été utilisée par l’ensemble des élèves, le professeur ayant procédé à une pseudo désinfection à l’alcool. Un papa particulièrement inquiet s’est adressé au service d’inspection médicale de la Communauté française. Les médecins inspecteurs ont immédiatement pris contact avec la Direction de l’école et le médecin scolaire du service PSE dont dépend l’école. À l’initiative des médecins inspecteurs de la Communauté française, la Ministre Fonck tient à préciser que l’ensemble des parents ont été informés de l’incident et des risques minimes encourus par les élèves. Il s’agit de 29 élèves âgés de 13 et 14 ans. Par ailleurs, les médecins inspecteurs  ont également invité la direction à assumer ses responsabilités par rapport au professeur ayant commis cette grave négligence. Dès aujourd’hui même, le médecin scolaire du service PSE procèdera à une prise de sang auprès de chaque élève concerné afin d’identifier une éventuelle contamination virale. Enfin, Catherine Fonck souligne que le médecin scolaire procédera également à un entretien individualisé pour faire le point avec chacun des élèves. La Ministre rappelle que ce bilan sanguin aura en plus l’avantage de pouvoir vérifier le statut vaccinal de chaque jeune et de procéder à une vaccination éventuelle. Madame Willocq remercie les ministres de leur réponse et comprend totalement l’inquiétude de ces parents dans l’attente des résultats médicaux,  mais se met également à la place du professeur qui doit être très mal dans sa peau.

11:36 Écrit par Monique Willocq dans Questions d'actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.